Accédez à l'intranet
Connect with Google Connexion
Ou

Si vous n'avez pas de compte Mail LuxDev




J'ai oublié mon mot de passe

Aide

MLI/021
Développement rural et sécurité alimentaire

Information

Pays
Mali
Bureau pays de LuxDev
Bureau Mali

Secteur
Sécurité alimentaire
PIC 3
2015 - 2020

Période d'exécution
Avril 2016 - Juin 2025
Durée totale
111 mois

Budget total
47 440 199 EUR
Répartition des contributions
  • Gouvernement luxembourgeois
    42 640 199 EUR
  • Ministère Développement rural
    4 800 000 EUR

Videos

  • MALI - Les graines de l'espérance

    Les graines de l'espérance 

  • MALI - Inauguration du "LABOSEM"

  • Inauguration d'une boutique d'intrants agricoles à Konodimini au Mali

    Inauguration d'une boutique d'intrants agricoles à Konodimini au Mali 

  • Mali - Aménagements des bas fonds dans le région de Ségou

    Aménagements des bas fonds dans le région de Ségou

  • Visite de terrain des Groupes locaux d'assistance météorologique (GLAM) de Barouéli au Mali

    Visite de terrain des Groupes locaux d'assistance météorologique (GLAM) de Barouéli au Mali 

  • Pluviomètres - Formation de nouveaux paysans observateurs à Barouéli au Mali

    Pluviomètres - Formation de nouveaux paysans observateurs à Barouéli au Mali 

  • Remise d'équipements de transformation de fonio au Mali

    Remise d'équipements de post-récolte et de transformation du fonio au profit des organisations paysannes, micro et petites entreprises bénéficiaires du programme Développement rural et sécurité alimentaire, MLI/021.

  • Remise de 57 magasins à des organisations paysannes au Mali

    Cérémonie de remise de 57 magasins à des organisations paysannes bénéficiaires du programme Développement rural et sécurité alimentaire, MLI/021.

  • En route pour 2030 - Quel rôle pour l'agriculture et le développement rural?

    Vidéo de l'atelier de capitalisation organisé en janvier 2020 sur le rôle de l'agriculture et du développement rural au Burkina Faso, Mali et Niger. L’objectif était d’apprendre collectivement et de faire avancer l’apprentissage, y inclut l’identification de modèles ou pratiques prometteurs intéressants à répliquer.

    Lien vers le rapport de l'atelier : https://luxdev.lu/fr/share/download/579

Fiches projets

Évaluation intermédiaire

Évaluation finale

Découvrez le programme MLI/021 de manière dynamique et interactive, grâce à son storymap !

MLI021-storymap.jpg

L’extension du programme MLI/021 en 2021, marque une volonté de consolider les acquis de ce programme en poursuivant le renforcement durable et la diversification des sources de revenus agricoles et la sécurité alimentaire rurale tout en développant des orientations clés retenues dans le processus d’identification du futur programme indicatif de coopération et plus particulièrement l’insertion économique des jeunes et des femmes des régions de Ségou et Sikasso dans les métiers liés aux filières agricoles. En effet, une valorisation inclusive de leur potentiel humain à travers une mise en valeur durable des systèmes de production et du développement économique des deux régions, s’avère nécessaire pour améliorer les revenus des ménages et atténuer, voire éviter la propagation de l’insécurité.

La stratégie d’intervention de l’extension est orientée sur des chaines de valeurs agricoles présentant des opportunités de revenus et d’emplois pour les jeunes hommes et les jeunes femmes : filières fonio et sésame auxquelles seront ajoutées les filières viandes (embouche et aviculture), le maraîchage et quelques activités spécifiques de transformation. Le choix a été effectué avec les acteurs régionaux en considérant notamment le potentiel de gisement d’insertion, une perspective moyenne de revenus monétaires de 900 000 FCFA/an, le potentiel d’autonomie sur les revenus, les perspectives d’insertion équilibrées entre les jeunes hommes et les jeunes femmes, ainsi que la consolidation des actions antérieures. Le programme intervient dans les régions de Ségou et Sikasso.

L’objectif global reste identique à celui de la première phase du MLI/021 « les sources de revenus agricoles et la sécurité alimentaire des ménages ruraux sont diversifiées et renforcées durablement ».

Un nouvel objectif spécifique a été identifié et est commun aux deux programmes de la phase d’extension à savoir les programmes MLI/021 et MLI/022 : Formation et insertion professionnelle. Il s’agit de l’objectif suivant : « les jeunes hommes et les jeunes femmes des régions de Ségou et Sikasso bénéficient davantage d’opportunités économiques dans les métiers liés aux filières agricoles ».

Les résultats identifiés en vue de l’atteinte de cet objectif diffèrent d’un programme à l’autre. Pour le MLI/021, les trois résultats formulés s’énoncent comme suit :

  • les exploitations agricoles familiales développent des opportunités adaptées aux aspirations des jeunes dans des systèmes de production résilients, durables et multi-filières,
  • les initiatives privées et coopératives liées aux filières d'opportunité pour les jeunes sont facilitées au travers de services financiers et non financiers qui permettent la création de valeur et de capacités d’insertion économique rémunérées décemment,
  • les capacités des acteurs au niveau central et régional sont renforcées dans l’accomplissement de leur mandat pour des partenariats publics privés plus efficaces et basés sur une redevabilité mutuelle.

Au niveau des cibles visées, le nombre de jeunes en parcours d’insertion ciblé est de 1 100 hommes et 1 100 femmes. Par ailleurs, la valeur en création dans les filières devrait permettre de créer un lien avec de nouvelles opportunités pour 5 000 jeunes.

De même, 3 000 exploitations agricoles familiales qui comprennent en leur sein des jeunes femmes, des jeunes hommes et des femmes plus âgées et 500 Micro petites et moyennes entreprises (MPME) initiées ou employant des jeunes sont visées. Par ailleurs, une action ciblée dans le cercle de Yanfolila ciblera 20 Organisations paysannes accompagnées représentant 2 000 femmes vulnérables.

Dernières nouvelles

  • MALI - Lancement des programmes de la Coopération luxembourgeoise dans le District de Bamako et sa périphérie : signe d’engagement pour le développement durable

    Publié le 20 Février 2024    Par Dado SOUKOUNA   FR

    Le mercredi 31 janvier 2024 a marqué une étape importante pour le développement durable dans le District de Bamako et sa périphérie, avec le lancement officiel des programmes de la Coopération luxembourgeoise dans le développement rural/sécurité alimentaire et la formation/insertion professionnelle

    Ces deux programmes mis en œuvre depuis 2016 dans les régions de Ségou et Sikasso ont connu une extension géographique dans le District de Bamako pour la période 2023-2024 afin de s’adapter aux besoins et priorités nationales et sectorielles. Ils visent à offrir aux jeunes hommes et jeunes femmes des opportunités économiques liées aux filières agricoles dans la logique d’un revenu décent.

    Présidée par le Directeur Europe du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale malien (MAECI), la cérémonie de lancement a permis d’informer les différents acteurs et parties prenantes des programmes sur la démarche d’intervention, les cibles, les filières d’opportunités et les résultats attendus. Les collectivités, les chambres consulaires, les services techniques déconcentrés, les centres de formation, les coopératives et unions intervenant dans les filières visées, ou encore les associations représentantes des jeunes et des femmes, ainsi que les partenaires de mise en œuvre, ont massivement répondu présents à l’invitation de la mairie du District de Bamako.

    La Chargée d’affaires a.i. de l’Ambassade du Grand-Duché de Luxembourg au Mali a rappelé dans son discours que la Coopération luxembourgeoise est présente au Mali depuis 1998, évoquant les succès remarquables tels que l’hôpital mère-enfant nommé « le Luxembourg », le Centre de formation professionnelle de Missabougou ou encore le dallage communautaire du quartier Missira. Elle n’a pas manqué de féliciter le Directeur Europe représentant le MAECI pour son engagement et son leadership, et remercié les cadres du District pour leur implication dans la réalisation des activités préparatoires à la mise en œuvre des programmes de la Coopération luxembourgeoise.

    Le Directeur Europe du MAECI a exprimé l’honneur qu’il avait d’être témoin de ce moment ainsi que sa fierté pour les relations partenariales entretenues entre la République du Mali et le Grand-Duché de Luxembourg depuis maintenant 25 ans, soulignant l’importance cruciale de la prise en compte des populations vulnérables en zone urbaine, et en particulier les jeunes et les femmes. Les programmes se doivent de réussir l’arrimage de trois politiques : sécurité alimentaire, formation professionnelle et décentralisation. Sa demande de mobilisation générale pour respecter les engagements pris résonne comme un appel à l'action pour tous.

    Présidium de la cérémonie

    La cérémonie a également été un moment de célébration culturelle, avec des performances artistiques rendant hommage aux agriculteurs, en particulier aux femmes agricultrices, pilier de changement et de développement dans la communauté. Les prestations ont non seulement honoré leur contribution essentielle mais ont aussi inspiré un sentiment de responsabilité collective envers la construction d'un Mali prospère.

    Prestation d’artistes

    Les présentations ont été faites par les principaux partenaires d’exécution de ces programmes dont la Mairie du District, LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement, l’ONG Agri Vision Sahel et l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ). Les participants ont exprimé leurs questions et suggestions, manifestant un vif intérêt pour que les programmes touchent un large public et impliquent tous les acteurs clés.

    En conclusion, la cérémonie de lancement a non seulement souligné l'importance de la collaboration et de l'engagement commun en faveur du développement durable, mais a aussi mis en lumière l'impact potentiel de ces programmes sur la vie des jeunes hommes et femmes de Bamako et de sa périphérie. La gratitude exprimée par les coordinateurs des deux programmes de LuxDev et le Secrétaire général adjoint de la mairie du District de Bamako envers tous les participants reflète un optimisme partagé pour l'avenir, renforcé par un engagement sans faille de la Coopération luxembourgeoise et de l'ensemble des partenaires impliqués.

    Les programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Visite d'échanges à Yanfolila

    Publié le 12 Janvier 2024    Par Elisé BAGAYOKO   FR

    Initiée par LuxDev et Caritas, une mission fructueuse s'est déroulée dans le cercle de Yanfolila, région de Bougouni, du 5 au 8 décembre 2023. L’objectif était de découvrir et d'évaluer les initiatives de développement rural soutenues par le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage (PAREM), mis en oeuvre par Caritas Luxembourg à travers Caritas Suisse et financé par la Coopération luxembourgeoise via le programme Développement rural et sécurité alimentaire.

    Partageant un intérêt commun pour l'innovation en agriculture, les équipes de LuxDev et de Caritas se sont engagées à échanger leurs expériences pour identifier de futures synergies.

    Photo de famille au siège du PAREM à Yanfolila

    La mission a permis de découvrir plusieurs réalisations et techniques innovantes mises en œuvre par le projet.

    Périmètres maraîchers agroécologiques

    Ces périmètres constituent une révolution dans l'approche de l'agriculture durable. Chaque périmètre d’un hectare est équipé d'infrastructures modernes d'irrigation, notamment des forages et des châteaux d'eau alimentés par des panneaux solaires. L'accent est mis sur les techniques agricoles durables, comme la rotation des cultures et l'utilisation de cultures de couverture pour améliorer la santé du sol. Ces périmètres servent de modèles pour le développement agricole dans la région, offrant aux femmes une opportunité unique de leadership et d'autonomisation économique.

    Viste du périmètre maraîcher agroécologique, commune de Djallon-Foula

    Production de bio-pesticides, fertilisants liquides et compost

    Le projet met à l’échelle plusieurs techniques innovantes de production de bio-pesticides et fertilisants organiques respectueuses de l’environnement et garantes de la qualité des produits. L’équipe a pu assister à plusieures séances de démonstrations pratiques sur la fabrication des bio-pesticides et bio-fertilisants liquides à base de matériaux locaux (feuilles de neem, piment, ail, déjections animales, etc). Ces derniers présentent l’avantage de préserver la santé, de protéger l’environnement et de réduire les coûts de production.

    Séance de démonstration sur la fabrication d’engrais liquide, commune de Wassoulou-Balé

    Cordons pierreux pour la défense et la restauration des sols

    Cette technique traditionnelle remise au goût du jour joue un rôle crucial dans la lutte contre l'érosion et la dégradation des sols. Les cordons pierreux, mis en place par la communauté avec l'assistance technique des services forestiers, aident à retenir l'eau et à prévenir le ruissellement. Cette méthode, simple mais efficace, contribue à regénérer les sols et à améliorer la fertilité, essentielle pour une agriculture durable.

    Visite autour des cordons pierreux à Kandjerila, commune de Gouanan

    Coopératives de jeunes entrepreneurs : le cas de Nièta

    « Nièta », une coopérative jeune et dynamique dans la commune de Wassoulou Ballé, est un modèle d'entrepreneuriat collectif. Elle se concentre sur la transformation des produits maraîchers en produits à valeur ajoutée, tels que des conserves et des produits séchés. Cet accent sur la transformation contribue à réduire les pertes post-récolte, augmente les revenus et crée des emplois locaux, en particulier pour les jeunes. L'approche de la coopérative, alliant formation, soutien au développement de plans d'affaires et facilitation de l'accès au financement, illustre un parcours entrepreneurial réussi.

    Échanges avec la coopérative Nièta des jeunes entrepreneurs agricoles de Yanfolila

    Réseau WhatsApp pour l'échange d'informations et l'accès au marché entre agriculteurs

    L'utilisation de la technologie numérique pour améliorer l'accès à l'information et au marché est un exemple d'innovation sociale dans la communication. Sous l’application mobile WhatsApp, des groupes, animés en langue locale, ont été instaurés. Ils offrent une plateforme pour partager des connaissances sur les techniques de culture et la gestion des nuisibles, ainsi que des informations sur la situation du marché en temps réel. Cette initiative favorise l’échange rapide d’informations et renforce la cohésion et la collaboration entre les agriculteurs de la zone.

    Cette mission a non seulement permis de partager des connaissances et des pratiques innovantes, mais a également ouvert des voies pour échanger les connaissances acquises et étendre les initiatives réussies au sein des autres pôles d’intervention du programme.

    Le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage, mené dans le cadre du programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire cofinancé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, est mis en œuvre par Caritas Luxembourg à travers Caritas Suisse et LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - De nombreuses activités pour le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage

    Publié le 19 Décembre 2023    Par Caritas   FR

    C’est une fin d’année bien chargée en activités pour le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage (PAREM) mené dans le cadre du programme de développement rural et sécurité alimentaire au Mali.

    Dans le cadre du processus de structuration et de formalisation des organisations faîtières agricoles, la Chambre d’agriculture régionale de Sikasso a tenu, en octobre 2023, un atelier de mise en place des organes de gestion (conseil d’administration, commission de surveillance) de l’union locale des producteurs maraîchers du cercle de Yanfolila, région de Sikasso.

    Atelier de mise en place de l’union locale des producteurs maraîchers du cercle de Yanfolila - © Caritas

    De plus, quelques productrices des organisations maraîchères et quelques jeunes entrepreneurs ont pu participer, durant trois jours, à la foire du numérique à Koulikoro, avec l’ONG locale Le Tonus et l’équipe de Caritas. Cette activité a permis aux productrices et jeunes entrepreneurs d’échanger avec les acteurs du marché et d’agrandir leur réseau professionnel.

    En outre, une plateforme virtuelle d’échange et une mise en relation des acteurs de la chaîne de valeur « légumes » ont été réalisés par les bénéficiaires du projet à Yanfolila avec l’appui de Caritas et de l’ONG Le Tonus, à travers deux groupes WhatsApp. La plateforme permettra de réaliser des veilles commerciales et météorologiques pour les bénéficiaires du projet et pour les autres acteurs de la chaîne de valeur « légumes ». Le premier groupe WhatsApp, appelé « NAKÔ KUNAFONI », (informations sur le maraîchage) est composé de bénéficiaires du projet et de représentants du secteur de l’agriculture et de la météo. Ce groupe partage des informations sur les prix « bord champs de légumes », des informations météorologiques et techniques culturales. Le second groupe, nommé « SUGU KUNAFONI », (informations sur le marché), est composé des membres du  premier groupe, en plus de fournisseurs d’intrants agricoles et de commerçants. Ce groupe partage des informations sur le marché (prix des produits, marchés porteurs, localisation et connaissance des acheteurs potentiels des produits, etc.).

    Pour bien terminer le mois de novembre, une visite d’échanges sur les pratiques agroécologiques a eu lieu à Kita par les bénéficiaires du PAREM, témoignant de la bonne synergie entre les équipes du PAREM et du projet visant à renforcer la résilience des communautés rurales du Cercle de Kita et leur accès au système de marché - Phase III.

    Le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage, mené dans le cadre du programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire cofinancé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, est mis en œuvre par Caritas Luxembourg avec l’appui de Caritas Suisse et de LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

    Le projet MLI/027 - Renforcer la résilience des communautés rurales du Cercle de Kita et leur accès au système de marché - Phase III  est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et Caritas Suisse et mis en œuvre par Caritas Suisse, avec l’appui de Caritas Luxembourg et de LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Le renforcement de capacités au cœur de l’actionLe Réseau Agri Vision Sahel améliore ses compétences en Microsoft Excel pour une efficacité accrue

    Publié le 15 Décembre 2023    Par Mohamed BABAYA   FR

    Dans le cadre du programme de développement rural et sécurité alimentaire, une convention de délégation de fonds et de mise en œuvre a été signée entre LuxDev et le réseau Agri Vision Sahel. Cette organisation malienne non gouvernementale apprenante et innovante contribue à mettre en place un dispositif d’appui-conseil de proximité pour les jeunes hommes et jeunes femmes issus des exploitations agricoles familiales afin de faciliter leur insertion dans les métiers liés aux filières d’opportunités.

    Afin d’améliorer les capacités de gestion de Agri Vision Sahel, une session de renforcement des compétences de l’équipe en Microsoft Excel, et notamment en gestion de base de données, a été organisée les lundi 6 et mardi 7 novembre 2023. Dix membres de l’équipe – sept femmes et trois hommes – ont participé. Dans le contexte professionnel actuel, les logiciels de la suite Microsoft Office, et en particulier Excel, sont en effet devenus indispensables et jouent un rôle crucial dans la bonne exécution des activités de la convention signée.

    Dispensée par les experts en informatique et suivi/évaluation/systèmes d’informations géographiques de LuxDev au Mali, cette formation a permis aux participants de découvrir les fonctionnalités de base de Microsoft Excel – telles que les fonctions, les formules, la mise en forme conditionnelle, les graphiques – et de les utiliser pour créer des tableaux et des feuilles de calcul professionnelles.

    À la fin de la session, le coordinateur du réseau Agri Vision Sahel et les participants ont exprimé leur grande satisfaction. Grâce aux compétences acquises, ils estiment qu’ils peuvent désormais :

    • améliorer significativement la qualité des fichiers dans la mise en œuvre de leurs activités ;
    • gérer et analyser des données dans divers domaines (finances, thèmes techniques, communication, etc.) ;
    • créer des tableaux et des graphiques professionnels et améliorer la qualité des données présentées.

    Les participants ont également souligné la pertinence de la formation et du contenu dispensé. À la clôture, ils ont unanimement remercié LuxDev de cet appui et ont sollicité un appui-conseil continu pour consolider leurs acquis.

    Le programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Rencontre stratégique à Sikasso pour le financement des projets productifs d’initiatives privées

    Publié le 7 Décembre 2023    Par Paulin GOITA   FR

    Ce 28 novembre 2023, s’est tenue une rencontre d’échanges entre les principaux acteurs du dispositif de financement des projets productifs d’initiatives privées (PPIP) dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui aux filières agropastorales dans la région de Sikasso - Phase II et du programme Développement rural et sécurité alimentaire. L'objectif principal de cette rencontre était de renforcer la compréhension des procédures de financement des PPIP et d'optimiser la gestion opérationnelle des fonds.

    Dirigée par le Président du Conseil régional de Sikasso, la rencontre a rassemblé divers acteurs :

    • la direction générale de la Banque nationale de développement agricole (BNDA) de Bamako ;
    • les chefs de représentation de la BNDA des pôles économiques de Bougouni, Koutiala et Sikasso ;
    • les responsables du groupe CHIDO de la BNDA ;
    • les responsables des structures d’accompagnement (animateurs du dispositif).

    Parmi les points cruciaux abordés, citons la bonne gestion du dispositif de financement et la gouvernance du dispositif qui repose sur une trilogie d’acteurs : le gestionnaire du mécanisme, l’animateur du dispositif et l’auditeur/contrôleur.

    Les discussions ont également porté sur le manuel des procédures de financement des PPIP, les résultats des deux sessions du comité de sélection des dossiers des PPIP, ainsi que sur la convention de partenariat entre le Conseil régional et la BNDA.

    Les échanges ont permis d’approfondir les stratégies visant à optimiser la gestion opérationnelle des dossiers de crédits et à garantir une utilisation efficiente des fonds (fonds de garantie, subvention et crédit).

    Leçons apprises

    Cette rencontre, pionnière dans son genre, a jeté les bases d’une collaboration renforcée entre les parties prenantes. Elle a souligné l'importance de l'approche « subvention adossée à une décision de crédit » et a mis en lumière les parcours spécifiques pour les jeunes hommes/femmes, les entreprises agricoles familiales, les micro, petites et moyennes entreprises et les coopératives.

    Elle marque un jalon significatif vers une gestion renforcée du financement des PPIP dans la région de  Sikasso et démontre un engagement collectif à soutenir le développement économique local et la sécurité alimentaire, tout en mettant en avant des stratégies innovantes pour une gestion efficace des ressources.

    Le programme MLI/026 - Programme d’appui aux filières agropastorales dans la région de Sikasso - Phase II est cofinancé à parts égales par le Grand-Duché de Luxembourg et la Suisse, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement. 

    Le programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Au cœur de l’insertion des jeunes dans les métiers liés aux filières agricolesLe succès de Mahamadou COULIBALY

    Publié le 15 Novembre 2023    Par Aboubacar Sidiki DEMBELE   FR

    À la sortie de la ville de Ségou, jouxtant la route principale Bamako-Ségou, un champ de sésame évoque une histoire extraordinaire. Chaque graine semée est le reflet de la passion et de la ténacité de Mahamoudou COULIBALY, un jeune producteur de 28 ans dont le dynamisme est contagieux. Sa réussite, il la doit à un partenariat fertile avec l’Association des organisations professionnelles paysannes (AOPP), dans le cadre du programme Développement rural et sécurité alimentaire (MLI/021) mis en œuvre par LuxDev. Ce programme vise à offrir davantage d’opportunités économiques dans les métiers liés aux filières agricoles, au profit des jeunes hommes et des jeunes femmes de 15 à 35 ans issus des exploitations agricoles familiales dans les zones d’intervention. 

    M. COULIBALY et l'animateur de l'AOPP

    Ce partenariat innovant entre l'AOPP et le programme a insufflé une nouvelle énergie : placer les jeunes producteurs et productrices au centre d'une véritable révolution agricole. Mahamoudou est le visage de cette nouvelle vague.

    Le jeudi 26 octobre 2023, une délégation de l'AOPP et des équipes du programme ont fait le déplacement jusqu'aux terres cultivées de Mahamoudou. Le but étant d’apprécier les résultats de l'accompagnement sur mesure fourni par l'AOPP, comprenant :

    • des conseils ciblés sur les opportunités dans les filières d’intervention ;
    • des appuis sur l’élaboration et le suivi de plan de campagne agricole ;
    • des conseils et un suivi attentif sur les itinéraires techniques de production des cultures ;
    • un coaching entrepreneurial ;
    • l’appui-conseil pour le montage du dossier de projet productif d’initiative privée individuel soumis au financement du Conseil régional de Ségou ;
    • et un accès facilité aux marchés à travers la mise en relation avec des acheteurs.

    Visite de la parcelle de M. COULIBALY

    Les résultats sont impressionnants. Avec une production de plus de 120 tonnes de fumure organique en 2023, Mahamoudou a revitalisé plus de 50 hectares de terres (mil, riz, sorgho, etc.) de l’exploitation agricole familiale à laquelle il appartient. Il a diversifié ses cultures avec du sésame et du fonio s’étendant sur plus de cinq hectares. Grâce à sa collaboration avec l’AOPP, il a exploré de nouveaux horizons, élargissant son activité vers l’embouche bovine, avec environ une dizaine de têtes par cycle de production.

    Mahamoudou partage avec enthousiasme ses impressions : « les  conseils de l'AOPP ont révolutionné mes activités. Mes récoltes de sésame ont bondi de 0,8 tonne/hectare à 1,2 tonne/hectare. J'ai maintenant une vision claire de mon futur agricole et une gestion optimisée de mon exploitation ».

    Champ de sésame de M. COULIBALY

    Bovins de M. COULIBALY

    Cette visite de terrain dans ce champ de démonstration de techniques et de bonnes pratiques maîtrisées sur le sésame dans une approche multi-filière et multi-métier s'est révélée être un pèlerinage d'inspiration. Elle a mis en lumière un jeune homme qui révolutionne l'agriculture de sa région, illustrant la puissance d'un soutien judicieusement orchestré, gage de l’insertion de cette frange juvénile dans un secteur moteur du développement économique régional. Ce type d’innovation agricole contribue à la vision du Conseil régional de Ségou de faire de la région à l’horizon 2030, la capitale économique du Mali.

    Le programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Renforcer les compétences et harmoniser les pratiques pour une meilleure insertion professionnelle

    Publié le 15 Novembre 2023    Par Dado SOUKOUNA   FR

    Dans le cadre de ses efforts continus pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes, LuxDev a organisé du mardi 17 au jeudi 19 octobre 2023, un atelier destiné à renforcer les compétences des conseillers de l'Agence pour la promotion de l'emploi des jeunes (APEJ) et de l'Agence nationale pour la promotion de l'emploi (ANPE), impliqués dans l'orientation des jeunes dans les régions de Ségou, Sikasso et dans le district de Bamako.

    Synergie et complémentarité entre les programmes

    L'atelier organisé par les équipes de LuxDev s’inscrit dans le cadre de la recherche de synergies entre deux des programmes phares qu’elle met en œuvre : le programme de développement rural et sécurité alimentaire (MLI/021) et celui de formation et insertion professionnelle (MLI/022). Dans cette même dynamique, l’APEJ et l'ANPE, partenaires d'exécution du programme MLI/022, ont consenti à unir leurs forces pour soutenir l'insertion professionnelle des jeunes, dans les filières d’opportunités mises en lumière par le programme MLI/021.

    L'objectif de cet atelier était double. D’une part, renforcer les compétences des conseillers et points focaux dans les domaines-clés nécessaires à l'élaboration efficace de bilans de compétences. D'autre part, assurer une synergie d'actions entre les deux programmes d’intervention mis en œuvre par LuxDev. Cet atelier symbolise ainsi l'engagement de LuxDev à créer un écosystème cohérent et intégré, afin de maximiser l’impact sur l'insertion professionnelle des jeunes dans les régions ciblées.

    Jour 1 : focus sur les filières agricoles

    La première journée était focalisée sur les filières agricoles. L’occasion de présenter et d’expliquer les différentes clés de compréhension et de clarifier les concepts de filières, chaînes de valeur, maillons et métiers. Des stands interactifs ont également permis à chaque participant d’analyser les principales filières présentes dans les régions de la zone d’intervention et d’établir une cartographie sur laquelle s’appuyer lors de l’orientation des jeunes vers les métiers porteurs identifiés.

    Jour 2 : échange d'expériences et bonnes pratiques sur le bilan de compétences

    La deuxième journée était consacrée au partage d’expériences entre conseillers concernant la réalisation des bilans de compétences. Trois panels, constitués de conseillers emplois de l’ANPE, de conseillers d’orientation de l’APEJ et d’assistants techniques emploi de LuxDev, se sont succédé pour permettre à ces acteurs de faire part de leur expérience et d’échanger quant aux défis. Les thématiques au cœur des échanges et des débats portaient sur la prise de contact avec les jeunes, l’entretien d’investigation et l’orientation. Les panelistes ont partagé leurs bonnes pratiques et les solutions qu’ils ont pu apporter aux difficultés rencontrées. L’occasion a également été saisie pour prodiguer des conseils aux jeunes conseillers qui viennent d’intégrer le dispositif.

    Jour 3 : harmonisation de l’utilisation de la base de données

    Enfin, la troisième journée a été dédiée à se familiariser avec la base de données qui permet d’assurer le suivi des jeunes engagés dans le dispositif. Après une présentation de la structure de la base de données, de nombreux échanges ont eu lieu afin que tous comprennent quelles sont les données attendues dans la base de données et afin de lever les difficultés qui pouvaient être rencontrées lors de sa mise à jour et, de façon plus générale, lors de la réalisation des bilans de compétences. Les experts ont ensuite prodigué bon nombre de conseils et donné des astuces pour parvenir à une utilisation optimale de la base de données.

    Selon les participants, l’atelier a été un véritable espace de partage d’expériences, grâce aux contributions de qualité des parties prenantes, et très instructif grâce à l’animation et à la facilitation de haut niveau assurée par les experts de l’équipe de LuxDev mobilisés pour l’occasion. La cérémonie de clôture a été marquée par la présence des directeurs généraux de l’ANPE, de l’APEJ et du coordonnateur formation professionnelle et emploi de LuxDev. Dans leur discours de clôture, ils ont exhorté les conseillers à continuer leurs activités en intégrant les différents points essentiels évoqués lors de la formation et à faire évoluer favorablement leurs pratiques, à continuer à s’auto-former et à prendre conscience de leur rôle primordial dans l’accompagnement des jeunes vers une insertion professionnelle réussie.

    Les programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • Journée internationale du fonio

    Publié le 27 Juillet 2023    Par Anna FEIEREISEN   FR EN

    Aujourd'hui, c'est la journée internationale du fonio. Jetons un coup d'oeil sur le Mali.

    Originaire d’Afrique de l’Ouest, le fonio (Digitaria exilis), petite graminée cultivée, est considéré comme la plus ancienne céréale consommée. Traditionnellement cultivé pour atténuer le déficit céréalier pendant une disette, de nos jours, le fonio est une culture de rente à grande valeur monétaire. Cependant, le développement de la filière fonio est freiné par des récoltes pénibles, notamment car ses grains ne mesurent qu’un millimètre.

    Sur le plan alimentaire, sans gluten et riche en protéines, le fonio, conseillé en tant qu’aliment diététique, possède d’importantes qualités nutritives et contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Le fonio est également important sur le plan socio-culturel (utilisé pour des repas de fête, de sacrifice), thérapeutique (conseillé par les médecins pour les personnes atteintes de diabète et d’obésité en raison de son indice glycémique  faible), agroécologique (résistant à la sécheresse, le fonio s'adapte bien aux conditions climatiques locales et participe à la préservation de l'environnement en offrant un couvert végétal aux sols pauvres) et économique (compte tenu de son faible coût de production, le fonio est très rentable pour les producteurs et il permet de surmonter les périodes de soudure car c'est la première céréale de la nouvelle saison qui arrive à maturité). Les pailles du fonio, avec leur forte valeur fourragère, sont également destinées au bétail. Au Mali, au cours des 20 dernières années, la consommation du fonio a progressé dans les villes grâce à sa commercialisation dans les supermarchés.  

    Ces dernières années, avec la volonté de l’État malien et des partenaires au développement, le fonio est devenu une culture émergente et créatrice d’emplois. Ainsi, dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Mali et le Grand-Duché de Luxembourg, LuxDev appuie la filière fonio depuis la campagne agricole de 2015-2016 à travers son programme Développement rural et sécurité alimentaire.

    Les appuis de LuxDev portent spécifiquement sur :

    • l’accès aux semences adaptées ;
    • les magasins de stockage ;
    • les équipements adaptés aux opérations post-récoltes et de transformation ;
    • la structuration des acteurs (producteurs, transformateurs et commerçants) pour une meilleure organisation des différents intérêts.

    Ces appuis ont notamment boosté la production dans la région de Ségou, qui est passée de 10 596 à 17 532 tonnes de 2015 à 2022, représentant une augmentation de 40 % de la production nationale. Les conditions de transformation et d’hygiène ont également été améliorées, conformément aux normes sanitaires pour 50 micros, petites et moyennes entreprises, tandis que l’accès au marché local, sous régional et international, a été facilité.

    Au vu du changement climatique marqué par l’arrêt précoce des pluies et de l’instabilité dans la production des céréales les plus consommées telles que le blé, le fonio, grâce à son caractère rustique, se présente comme une véritable céréale d’avenir, une graine prodige de l’Afrique pour nourrir le monde.

  • MALI - Échanges avec les bénéficiaires des programmes à BamakoUn préalable nécessaire à la réussite du partenariat

    Publié le 17 Juillet 2023    Par Coudy DIA   FR

    Depuis janvier 2023, le District de Bamako et sa périphérie bénéficient de l’accompagnement du Grand-Duché du Luxembourg à travers deux programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle. Ces deux programmes visent à ce que les jeunes hommes et les jeunes femmes bénéficient davantage d’opportunités économiques dans les métiers liés aux filières agricoles.

    Dans le cadre de la mise en œuvre des deux programmes, du 13 juin au 23 juin 2023, la mairie du District de Bamako a dépêché une délégation dans des communes du District de Bamako, de Ouezzindougou (Mandé), de Baguineda et de Kati, afin de mener une mission de présentation et d’information des bénéficiaires et des partenaires des programmes. Cette délégation était composée de représentants de la mairie du District de Bamako, de l’équipe de LuxDev, des services techniques des ministères en charge de la formation professionnelle et du développement rural (formation professionnelle, agriculture, production animale), ainsi que des partenaires d’exécution technique tels que l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ) et l’ONG Agri Vision Sahel.

    Les participants en salle de réunion, en plein échanges

    La mission s’est rendue dans les mairies des neuf communes concernées afin de rencontrer les élus desdites collectivités pour leur présenter les programmes et apporter des éléments de réponse à leurs interrogations, commentaires et remarques concernant les différentes orientations planifiées. Lors des rencontres, chaque commune a invité les bénéficiaires potentiels des programmes présents sur leur territoire, notamment les agriculteurs, les transformateurs, les associations, les coopératives et unions des filières d’opportunité à savoir le maraîchage, l’aviculture, l’embouche et la transformation agro-alimentaire. Une cinquantaine de personnes ont pris part à chaque rencontre avec une représentation féminine de 30 %, marquant ainsi un intérêt certain pour cette initiative.

    Vue partielle des participants

    Vue complète des participants

    Après cette mission, la prochaine étape consistera à se rendre sur le terrain et aller à la rencontre des exploitations agricoles familiales, entreprises, associations de jeunes et de femmes, centres de formation professionnelle, pour échanger avec eux sur leurs réalités et le contexte prévalant sur leurs territoires. À l’issue de cette étape, le District de Bamako intègrera davantage dans le dispositif opérationnel, les informations de contexte en vue de mettre en œuvre la planification des activités conjointement élaborée, avec l’appui technique de LuxDev et l’accompagnement de l’ONG Agri Vision Sahel et de l’APEJ.

    Les programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Un second trimestre axé sur l’eau pour les projets de développement de Caritas

    Publié le 6 Juillet 2023    Par Caritas   FR

    Au cours de ces trois derniers mois, le projet « Renforcer la résilience des communautés rurales du Cercle de Kita et leur accès au système de marché - Phase III » (région de Kayes) et le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage - PAREM (Cercle de Yanfolila - région de Sikasso) mené dans le cadre du programme « Développement rural et sécurité alimentaire » ont pu démarrer les travaux de forages et de perforation sur six sites maraîchers du Cercle de Kita et dans les communes de Gouanan et Djallon Foula du Cercle de Yanfolila.

    Extraction de l'eau à Koléna

     Travaux de forages à Baryla

    La création de forages et châteaux d’eau permet aux populations locales d’avoir un accès à l’eau pour la réalisation de leurs activités culturales. Les bénéficiaires et les mairies étaient présents sur les lieux des travaux pour voir l’avancement du chantier au quotidien et manifester leur enthousiasme.

    La joie des bénéficiaires après le début de construction des châteaux d'eau

    En complément à cette activité phare d’accès à l’eau, des activités de renforcement de capacités ont été dispensées au cours de ce deuxième trimestre sur :

    • la formation des animatrices et animateurs endogènes en alphabétisation fonctionnelle en « Bamanankan » et le transfert de ces connaissances aux membres des organisations de production agricole ;
    • la formation des acteurs locaux du Cercle de Kita sur les effets du changement climatique, incluant notamment une présentation sur le Climate Proofing, l’installation de grillages, de clôture et de bassins dans les villages de Faraba 2, de Bankoni et de Tofassadaga ;
    • l’ouverture de sessions de formations sur les pratiques agroécologiques durables et sur les informations météorologiques dans la commune de Bendougouba, en partenariat avec le secteur d’agriculture et le service météo local de Kita ;
    • l’exécution d’ateliers d’élaboration de schémas d’aménagement du territoire et d’élaboration de cartes des ressources dans le chef-lieu de la commune de Djallon Foula, Guelelenkoro.

    Atelier d'élaboration des cartes

    Le projet MLI/027 - Renforcer la résilience des communautés rurales du Cercle de Kita et leur accès au système de marché - Phase III  est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et Caritas Suisse et mis en œuvre par Caritas Suisse, avec l’appui de Caritas Luxembourg et de LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

    Le projet d’amélioration des revenus des femmes et des jeunes par l’entrepreneuriat et le maraîchage, mené dans le cadre du programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire cofinancé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali, est mis en œuvre par Caritas Luxembourg avec l’appui de Caritas Suisse et de LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Septième session du Comité de pilotage des programmes de coopération bilatérale

    Publié le 2 Juin 2023    Par Mireille HAOUNSA   FR

    Le mercredi 10 mai 2023 s’est tenue au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale (MAECI) à Bamako, la 7e session du Comité de pilotage des programmes de coopération bilatérale Mali - Luxembourg : MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle.

    Placée sous la présidence du Directeur Europe au sein du MAECI et sous la coprésidence de la Chargée d’affaires de l’ambassade du Grand-Duché de Luxembourg, cette session ordinaire composée de 21 participants dont ses membres faisait suite à la session extraordinaire tenue le 13 juin 2022.

    Cette 7e rencontre du Comité de pilotage a servi de cadre d’échange sur l’état d’avancement des interventions au titre de l’année 2022 des deux programmes et des enjeux opérationnels pour l’année 2023 pour les Conseils régionaux de Ségou et Sikasso. Elle a également permis de présenter la planification opérationnelle 2023 du district de Bamako et sa périphérie auquel les interventions des deux programmes ont été étendues dans le cadre de la prolongation de la deuxième phase d’extension desdits programmes.

    La session a aussi servi de cadre de discussion de la première tranche du montant à transférer aux Conseils régionaux de Ségou et de Sikasso dans le cadre de la mise en œuvre des activités à travers l’appui budgétaire sectoriel décentralisé en 2023, ainsi que des dispositions à prendre pour assurer une bonne gestion des flux financiers et de la trésorerie.

    Interactifs et enrichissants, les échanges attestent du dynamisme de toutes les parties prenantes pour la réussite du partenariat et l’amélioration des conditions de vie des populations dans les régions de Ségou, Sikasso ainsi que dans le district de Bamako et sa périphérie.

    Les deux programmes bénéficient directement à 3 800 exploitants agricoles familiaux et devraient faciliter l’insertion de 6 000 jeunes hommes et jeunes femmes de 15 à 35 ans dans les filières agricoles appuyées, à savoir :

    • dans les régions de Ségou et Sikasso : embouche (bovine et ovine), maraîchage, riz, fonio, sésame ; métiers de la transformation liés aux filières agricoles, arboricoles et d’élevage riz, mangue, anacarde, fonio, karité ; aviculture; métiers de services en support des filières citées dont production de semences, entretien et maintenance d’équipements agricoles ;
    • au sein du district de Bamako et sa périphérie : maraîchage ; aviculture ; métiers de la transformation liés aux produits agricoles, arboricoles et d’élevage issus des producteurs de Bamako (fruits, légumes, lait, viande) ou des régions de Ségou et Sikasso (fonio, pomme de terre, riz, mangue, anacarde, fonio, karité) ; métiers de services en support des filières citées dont conseils, intrants, construction, maintenance, réparation, transport, stockage.

    Au 31 décembre 2022, sur une programmation de 3 018 492 400 FCFA, un montant de 3 183 741 087 FCFA a été décaissé dans le cadre de la réalisation des activités planifiées pour le compte du programme de développement rural et sécurité alimentaire, soit 105 % du budget planifié. Le budget planifié en 2023 pour les activités à exécuter orientées vers tous les partenaires ciblés est de 3 413 887 537 FCFA, soit 5 204 097 EUR.

    Pour le programme de formation et insertion professionnelle, sur un montant programmé de 1 397 033 604 FCFA, 753 927 457 FCFA ont été décaissés, soit 54 % du montant programmé. Le budget planifié en 2023 pour les activités à exécuter orientées vers tous les partenaires ciblés est de 1 758 586 202 FCFA, soit 2 680 771 EUR.

    Les perspectives pour l’année 2023 sont orientées, d’une part, vers l’appui au district de Bamako pour le pilotage des actions de formation et insertion professionnelle et, d’autre part, vers la poursuite de la réalisation des investissements structurants, le financement des projets productifs, la poursuite des actions de formation et d’accompagnement des jeunes dans les régions de Ségou et Sikasso afin de relever conjointement les défis du développement économique local durable.

    Les programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire et MLI/022 - Formation et insertion professionnelle sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Renforcement des capacités des trois nouvelles directions régionales de l’agriculture, du gouvernorat de San et de l’interprofession fonio

    Publié le 7 Décembre 2022    Par Dantouma SANGARE    FR

    Dans le cadre du programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire, des cérémonies de remise d’équipements informatiques et de mobiliers de bureau au profit des directions régionales de l’agriculture (DRA) de San, de Bougouni, de Koutiala, du gouvernorat de San et de l’interprofession fonio se sont déroulées les mardi 15, mercredi 16 et jeudi 17 novembre 2022.

    Les capacités des acteurs au niveau central et régional ont été renforcées dans l’accomplissement de leur mandat pour des partenariats publics-privés plus efficaces et basés sur une redevabilité́ mutuelle.

    « Cette donation est une réponse concrète aux besoins exprimés par le gouvernorat et la direction régionale de l’agriculture de San. Nous remercions la Coopération luxembourgeoise pour son pragmatisme et ce geste comblant un grand vide », explique le gouverneur de San.

    Représentant un montant total de 84 752 EUR (soit 55 593 975 FCFA), les kits informatiques et mobiliers de bureau sont composés d’ordinateurs portables, d’ordinateurs de bureau, d’imprimantes multifonction, de vidéos projecteurs, d’onduleurs, d’armoires deux portes, de bureaux, de fauteuils, de chaises visiteurs et de salons complets.

    « Une mention particulière à la Coopération luxembourgeoise qui a toujours répondu présente aux sollicitations du développement rural. Cette dotation est un grand soulagement pour la DRA de San et nous disposons désormais d’un cadre favorable pour l’exercice de notre mission », explique le directeur de la DRA de San. Le directeur de la DRA de Bougouni précise que « la remise de ces équipements de dernière génération permettra à la DRA de faire une bonne utilisation des données techniques recueillies sur le terrain ».

    Finalement, le directeur de la DRA de Koutiala explique que le son service n’était auparavant pas équipé pour la conservation des données. Cela est désormais le cas et chaque chef de service se chargera de la bonne conservation des données au niveau régional.

    Au niveau de l’interprofession de fonio, le président explique que « l’interprofession fonio est une jeune faitière et cet appui de LuxDev est capital pour son fonctionnement et son développement ».

    Les différents acteurs du programme sont donc soutenus dans la bonne mise en œuvre de leurs activités permettant d’atteindre des enjeux stratégiques comme le développement des filières et l’insertion des jeunes.

    Le programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Mise en place de l’Interprofession de la filière fonio

    Publié le 4 Novembre 2022    Par Soriba DIAKITE   FR

    Le 31 août 2022, les acteurs de la filière fonio au Mali se sont dotés d’une faitière, l’Interprofession de la filière fonio (IPFO-Mali) à la suite de la tenue de son assemblée générale constitutive placée sous la présidence du secrétaire général du ministère du Développement rural au Mémorial Modibo Keïta à Bamako.

    Les membres du conseil d'administration et du conseil de surveillance de l'IPFO-Mali

    Structurée de la base au sommet, c’est-à-dire des communes au niveau national, autour de trois familles professionnelles (producteurs, transformateurs et commerçants), la nouvelle organisation faitière mettra en œuvre une politique de promotion de la filière fonio basée sur une meilleure organisation de la production, de la conservation, de la transformation et de la commercialisation ainsi que sur la responsabilisation effective des principaux acteurs en développant des services d’intérêts collectifs pour les membres.

    Cette politique est appuyée par la Direction nationale de l’agriculture en collaboration avec LuxDev grâce au programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire.

    Le programme MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Atelier d’harmonisation des mécanismes de soutien des chaînes de valeur agricole et d’insertion des jeunes dans les filières d’opportunités

    Publié le 13 Juillet 2022    Par Mamadou Paulin GOITA   FR

    Dans le cadre de la mise en œuvre des programmes MLI/021 - Développement rural et sécurité alimentaire, MLI/022 - Formation et insertion professionnelle et MLI/026 - Programme d’appui aux filières agropastorales - Phase II, LuxDev a développé, en synergie avec les partenaires, des mécanismes de financement des chaînes de valeur agricole et d’insertion des jeunes dans les régions de Ségou et Sikasso.

    Partant des expériences existantes au sein de leurs programmes ainsi que celles d’autres partenaires, LuxDev s’est engagée, avec les partenaires, à consolider les bonnes pratiques existantes et à développer un mécanisme harmonisé de soutien aux filières agricoles et à l’insertion des jeunes.

    Afin d’assurer l’appropriation et le portage du processus de renforcement des capacités des Conseils régionaux de Ségou et de Sikasso, LuxDev a organisé une série d’ateliers avec les acteurs régionaux. Ces ateliers visaient à intégrer leurs attentes et besoins dans le processus devant aboutir à la production du manuel de procédures de financement harmonisé des projets productifs et projets d’initiatives privées et collectives.

    Une première étape, conduite en novembre 2021 et en mars 2022 par l’expert international recruté par LuxDev, a permis de mieux appréhender les attentes des acteurs et d’alimenter les réflexions pour la conception du manuel de procédures de financement. À la suite de ces ateliers, l’expert international a produit une première version du manuel de procédures.

    La deuxième étape a été consacrée au partage et à l’analyse de la version provisoire dudit manuel lors d’un atelier qui s’est déroulé à Bamako du 20 au 21 juin 2022 pour les participants de la région de Ségou et du 22 au 23 juin 2022 pour ceux de la région de Sikasso. Cette étape cruciale a permis aux participants d’harmoniser les points de vue sur les principes de base du manuel.

    Les participants de chaque atelier ont été répartis en trois groupes de travail, chaque groupe ayant pour consigne d’amender la partie du manuel qui lui avait été attribuée et de formuler des recommandations. La restitution des travaux de groupe en plénière a permis de faire la synthèse des points de discussion afin d’améliorer le manuel, de discuter des questions faisant débat et de formuler des recommandations.

    Les conclusions de l’atelier ont permis au consultant de soumettre à l’approbation de LuxDev une version améliorée du mécanisme de financement. Cette version améliorée dès sa validation finale servira de repère pour tous les acteurs impliqués dans le dispositif.

    Les programmes MLI/021 et MLI/022 sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et le Mali. Le programme MLI/026 est cofinancé à parts égales par le Grand-Duché de Luxembourg et la Suisse. Les trois programmes sont mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI - Un nouveau souffle dans la certification de proximité des semences végétales

    Publié le 25 Mars 2021    Par Elisé Bagayoko   FR

    La Direction régionale de l’agriculture (DRA) de Ségou a bénéficié dans le cadre du PIC III d’un nouveau laboratoire d’analyse de semence équipé de matériels de dernière génération. Cette dotation est un véritable renfort pour les producteurs semenciers de la région dont la contribution est estimée à hauteur de 40 % de la production nationale de semences.

    À partir de 2020, l’opérationnalisation du Labosem a été effective grâce à la mise en place de l’équipe technique et de la certification des premiers échantillons de semences. Le personnel du Labosem est composé d’un chef de Laboratoire, d’un chef de cellule échantillonnage et analyse, d’un agent de cellule échantillonnage et analyse, d’un comptable et d’une secrétaire. Le personnel technique a bénéficié d’une formation sur le processus d’analyse des semences.

    Au titre de sa première campagne de certification en 2020, au total, 1 295 échantillons de semence en provenance de la zone d’intervention du programme Développement rural et sécurité alimentaire - MLI/021, ont été analysés. À titre de comparaison, cela représente 31 % du volume d’analyse du Labosem Sotuba (4 063 échantillons en 2018/2019), premier laboratoire semencier du pays.

    Au titre de la deuxième campagne de certification 2021 en cours, le Labosem est en pleine activité d’analyse. Sur une prévision de 1425 échantillons (10% d’augmentation par rapport à 2020), les analyses en cours touchent déjà 600 échantillons de semence de céréales et de cultures maraichères.

    Échantillons de semence de riz dans le germoir pour le test de taux de germination


    Séance de préparation des boîtes a pétrie pour le test de germination par les équipes du Labosem

    Tous les résultats d’analyse sont validés sans réserve par le Laboratoire de Sotuba, ce qui prouve à suffisance l’expertise de l’équipe de Ségou dans la maîtrise des équipements et le processus de certification.


    M. Alou Diarra, chef de laboratoire dans son bureau

    Le changement apporté par le Labosem est ainsi relaté par M. Alou Diarra, chef de laboratoire « ce laboratoire tant attendu a permis de donner un nouveau souffle à la filière semencière dans la région de Ségou grâce à la décentralisation de la certification des semences au niveau régional avec comme avantage : le raccourcissement du trajet des producteurs semenciers de la région ; la diminution du temps de la certification ; la réduction du coût d’acheminement des échantillons au Labosem ».

    En termes de perspective, le Labosem compte renforcer son positionnement en étendant ses services aux semenciers des régions de Mopti, Koutiala et Sikasso.

     

    Le programme MLI/021 est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • MALI – Inauguration de nouveaux locaux à Ségou

    Publié le 16 Octobre 2018    Par Fenke ELSKAMP   FR

    Lundi 10 septembre, de nouveaux bureaux ont été inaugurés à Ségou.

    Patrick.jpeg

    LuxDev entretenant des relations de travail étroites depuis de nombreuses années avec le Conseil régional de Ségou, ce n’est pas un hasard si les nouveaux bâtiments ont été édifiés dans l’enceinte de ce même Conseil régional.

    Aussi, la trentaine de collaborateurs opérant sur les trois programmes en cours, à savoir « Développement rural et sécurité alimentaire » (MLI/021), « Formation et insertion professionnelle » (MLI/022) et « Décentralisation et bonne gouvernance » (MLI/023), sont désormais basés à proximité immédiate du Conseil régional et regroupés dans un seul et même lieu.

    Batiment.jpeg

    Dans son allocution, M. Fischbach, le représentant de l’ambassade du Luxembourg, a rappelé que cela fait 20 ans que les gouvernements du Mali et du Luxembourg ont décidé de travailler ensemble, dans un partenariat visant le développement et le bien-être socio-économique des populations du Mali. La longévité de ce partenariat témoigne de la volonté du Luxembourg de s’engager sur du long terme.

    M. Fischbach a d’ailleurs profité de l’occasion pour confirmer que l’ambition du Luxembourg reste d’agir en étroite collaboration avec ses partenaires et de se présenter comme un interlocuteur de confiance à tous les niveaux.

    Qui plus est, l’importance que le Luxembourg attache au Mali est mise en évidence par l’investissement de près de 41 milliards de Francs CFA (62,5 millions EUR) dans le cadre du troisième Programme indicatif de coopération.

    Le gouverneur a, quant à lui, exprimé dans son discours, sa satisfaction sur la collaboration avec le Luxembourg. Il a qualifié les nouveaux bâtiments de "joyau architectural de qualité, construit dans le respect des normes en matière de génie civil".

    De plus, il a rappelé que la réalisation de ces infrastructures s’inscrit dans l’objectif de renforcer les capacités du Conseil régional de Ségou tout en permettant à court terme d’abriter les équipes techniques des programmes.

    Le gouverneur a ensuite conclut en encourageant les parties présentes à poursuivre dans la voie de la dynamique enclenchée.

  • Développement rural et Sécurité alimentaire du Mali à la Foire internationale de l'agriculture et des ressources animales (FIARA) de Dakar Les productrices maliennes se rendent à la Foire internationale de l'agriculture et des ressources animales de Dakar

    Publié le 4 Mai 2018    Par Fenke ELSKAMP   FR

    Du 29 mars au 12 avril 2018 s'est tenue à Dakar La Foire internationale de l'agriculture et des ressources animales FIARA.

    Le Programme MLI/021, Développement rural et Sécurité alimentaire, a soutenu la participation de huit organisations de femmes qui ont amené environ 18 tonnes de produits transformés

    Le président Samba Gueye du CNCR Sénégal visite les stands du Programme MLI/021 et encourage les femmes à valoriser les productions nationales

    L'objectif de la participation des bénéficiaires du projet MLI/021 était, d’une part, de valoriser les filières riz (notamment étuvé) et le fonio à travers le savoir – faire des femmes en matière de transformation agroalimentaire et, d’autre part, de pouvoir contribuer à l’amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle des populations ouest-africaines par la mise sur le marché de produits à haute valeur nutritionnelle que sont le fonio et le riz étuvé.

    Accompagnement des productrices

    Pour accompagner les Organisations des producteurs/ petites et moyennes Eentreprises (OP/PME) dans la conquête des marchés, le projet a fait appel à l'expérience de l'ONG AMASSA/ Afrique Verte en matière de commercialisation. Elle a appuyé les participantes à l'élaboration des certificats phytosanitaires, au groupage des produits et à la logistique. Compte tenu de son expérience dans la participation aux Foires et aux Salons, AMASSA assure, tout au long de la FIARA, le marketing commercial, la communication et l'appui conseil quotidien des femmes à Dakar. Les 8 organisations des femmes soutenues sont composées des femmes productrices et transformatrices venant de San, Dioro, Ségou, Tominian, Bougouni, Koutiala et Bamako. Les bénéficiaires du projet ont amené à cette 19ème édition de la FIARA 13 tonnes de riz (étuvé, couscous de riz, riz blanc), 5.7 tonnes de fonio blanc et précuit ainsi que d'autres produits agroalimentaires transformés.

    Leçons apprises

    La participation à la FIARA était riche en leçons apprises ; on a noté que le riz étuvé avait de réelles potentialités commerciales car la qualité présentée par Jekabaara de Dioro et de l’ARPASO était de loin la meilleure à la FIARA. Il est en de même pour le fonio de l’UACT et de Koutiala. Le problème d’emballage et présentation est cité plusieurs fois comme contrainte.

    Les participantes n’ont pas réalisé de très bonnes affaires à la FIARA à cause de la stratégie de vente qu’elles ont adoptée (prix de vente, qualité de certains produits et problème d’emballage). On a enregistré une mévente globale de 20%.

    Le montant total des ventes s’élève à 15 881 750 FCFA (24 000 €) soit 84,4% de réalisation. Ce chiffre est inférieur au chiffre d’affaire prévisionnel de la foire que les femmes avaient élaboré (18 807 750 FCFA) (28 500€).

    Témoignage de Mme Mata Sangha sur les contraintes de compétitivité : nous avons une capacité réelle de transformation. Les transformatrices du Mali ont davantage importé de produits que les autres de la sous-région. Cependant,les autres sous-régions sont plus compétitives que nous car les produits sont bien présentés et c’est ce qui attire les consommateurs. Notre contrainte majeure au Mali est et demeure le problème d’emballage et d’étiquetage. En plus de tout ce que fait le Programme MLI/021 pour la promotion de nos produits, les efforts doivent porter sur l’amélioration de la qualité de nos emballages. 

    Mme Sangha

    Le président de l’interprofession Riz du Mali, M Boly a visité les stands du Programme MLI/021 à la FIARA

    Les produits du Mali à la FIARA

    La FIARA à Dakar

  • Mali - Visite de haut rang à Ségou, dans le cadre des projets MIL/023 et MIL/021

    Publié le 19 Mars 2018    Par Lyn Voegele   FR

    Dans le cadre des journées de capitalisation sur l’élaboration des Plans de développement économique, social et culturel (PDESC) organisées par le programme MLI/023 Décentralisation et bonne gouvernance, une délégation de haut niveau menée par le Ministre du développement local et la représentante du ministère des Affaires étrangères et européennes de Luxembourg (Mme Charlotte Helminger) s’est rendue à Ségou le 15 mars dernier. Ce fut l’occasion de saluer le processus inclusif et novateur intégrant les concepts et défis tels que la gestion axée sur les résultats, l’adaptation aux changements climatiques, le genre et la sécurisation alimentaire, porté à travers un partenariat dynamique avec les agences de développement régional pour cette première vague d’élaboration de 15 PDESC.

    Profitant de cette visite dans la zone d’intervention du PIC III, l’ensemble de la délégation s’est déplacée ensuite au niveau du village de Kondia (commune rurale de Cinzana) pour la remise symbolique de plusieurs équipements au bénéfice de la coopérative Jekafo, qui contribue à hauteur de 10 % comme quotepart. Ces équipements (un magasin de stockage avec hangar d’une capacité de 50 tonnes et plusieurs équipements de récolte, post récolte et transformation de fonio) font partie d’un ensemble de lots importants dont bénéficient les coopératives partenaires du programme MLI/021 agriculture et sécurité alimentaire, soit 57 magasins équipés et près de 1900 équipements pour les filières riz, sésame et fonio pour un montant total de plus de deux millions EUR. Ces équipements modernes ainsi que le magasin de stockage serviront de levier pour booster la production du fonio au niveau de la coopérative et même dans les villages environnants. Cela permettra d’augmenter le revenu des bénéficiaires et surtout des femmes qui avaient tendance à abandonner la culture du fonio à cause de la pénibilité du travail de transformation.

    Ces visites furent l’occasion pour la représentante du ministère des Affaires étrangères et européennes d’évoquer la force et vivacité du partenariat entre le Mali et le Luxembourg qui célèbre cette année le 20e anniversaire de la signature de l’Accord général de Cooperation Mali-Luxembourg.